L’eternel retour

20130225-201530.jpg

On se moque de nous : on nous annonce chaque année, ou presque, le retour des seventees, en alternance avec le retour des fivetees et le retour des sixtees, voir des eightees. Cette ronde infernale, cela fait plus de vingt ans qu’elle dure. Je dis ça parce que cela fait vingt ans qu’on m’explique que cette année, c’est le retour des seventees, ou des sixtees, ou des fivetees, ou des eightees… et hop ! on nous ressort BB en pantalon cigarette, en robe vichy, en hippy-chic : elle est pratique BB, elle a tenu la distance sur trente ans. ASSEZ ! Moi je veux de l’imagination, de l’invention, de l’audace et du VRAI retour. Ce n’est pourtant pas l’histoire de la mode qui manque de sujets d’inspiration : autrefois on savait être créatif. Les femmes osaient… et les hommes encore plus peut-être : je veux voir des mousquetaires boulevard Saint Michel, c’était tellement sexy les capes et les grands chapeaux. Je veux me promener aux Tuileries avec une robe longue et des mitaines en crochet et je veux que des beaux messieurs se découvrent en me voyant passer. Je veux m’amuser à être belle en corset, même si Chanel doit en avaler ses camélias et je veux réintroduire la mode des poulaines, même si on me suspectera d’avoir fumé le catogan de Karl. Voilà, c’est ça être créatif et il serait tant qu’on ose l’être parce que, franchement, j’en ai assez de ressembler à ma mère quand je suis née ou à ma grand-mère quand elle était jeune.

2 réflexions sur “L’eternel retour

  1. Mais c’est tellement ça ! Viva la revolucion, inventons même de nouveau types de vêtements, un collier-pantalon ou que sais-je encore. C’est vrai qu’on vit dans une période où l’on fait du neuf avec du vieux, sans rien inventer, sans être créatif.
    La mode est en effet un cercle, on ressort toujours les mêmes pièces, mais bizarrement on reprend seulement le XXème siècle, pas au-delà !
    Alors oui, pourquoi ne pas innover dans de nouvelles perruques à la Marie-Antoinette, pourquoi ne pas banaliser le port d’un chapeau à plumes et de bottes de cavalier pour les hommes ? Pourquoi ne pas remettre en route les ombrelles et les cannes ?
    Aaah, XXIème siècle, siècle stagnant ! J’aurai aimer vivre dans un siècle de changement : peut-être sommes nous des précurseurs sans le savoir ? Bien qu’on prône notre époque comme totalement libre et ouverte d’esprit, c’est dans c’est cas là que l’on constate le contraire : nous suivons la norme, seulement la norme, les marginaux sont montrés du doigts, et chaque robot que nous sommes est vêtu d’une manière simple et si insipide, pour ne pas sortir du lot.
    Les manières courtoises des hommes envers les dames n’existent plus, la culture disparaît au détriment de la télé-réalité qui abrutit de plus en plus les jeunes générations… Je pars loin, mais tout ça traduit ce phénomène : le monde devient bête, et ça se ressent dans la créativité.

  2. Thank you for this post! I have exactly the same thoghts as you: Fashion is dead because luxury killed her. It’s normal: fantasy and innovation produce sometimes not « wearable » clothes.So it would be possible not to sell them everybody. I’d like so much to see fantasy and creation and many different proposals, but after the eighies I’ve seen so few new Ideas (May be Comme, Watanabe, Ghesquiere …)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s