CLose Encounters of the third kind

Ca a commencé comme ça : Maman et moi, papotant allègrement dans le hall de mon immeuble, direction shopping. Et là, a surgi mon élément perturbateur préféré lorsque je porte cette petite robe en soie : LE voisin. Je vous la fait courte, en mode casting, il est du genre quadra-solo poivre-et-sel, zénith du charme, hyper-bankable. Bon, il a encore été parfait. Il a souri, s’est excusé, a salué, a re-souri, a tenu la porte et complimenté Maman (à chaque fois, elle le prend pour elle, la pauvre, elle ne sait toujours pas que le « compliment à la mère » est le poli préliminaire basique du charmeur aguerri). Comme il souriait encore, j’ai coupé court, naturellement, prétextant du travail, des rendez-vous et multiples autres besognes.

Quand dix mètres plus loin, ma mère m’a fait remarquer qu’il était fort dommage que je ne sache m’appliquer plus à discuter avec un homme « siiii charmant » (à croire qu’elle craint pour mon avenir), j’ai cru être claire en lui répondant qu’il ne fallait surtout pas qu’il pense que j’avais tout le loisir de discuter avec lui, sur un pas de porte. Ma mère a fait sa grimace, celle qui signifie, au choix, « prends la taille au dessus » ou « ton raisonnement est illogique ».

Tout m’était si évident, que j’ai soufflé, fatiguée, « tu ne peux pas comprendre ».

***

Mum and I were chattering while leaving home to go shopping. The story begun that way. Every time I wear this pretty silk dress, the only person I want to stumble upon is my neighbor,  which is like THE neighbor. To cut a long story short, he’s a pepper and salt handsome fortysomething, charm’s zenith, and on the top of that he’s bankable. On that day, I cleverly managed to bump into himself, he has been perfect, as always, he smiled, apologized, hailed, smiled again, held the door for mum after having complimented her (every time she takes it for herself, poor mum, she doesn’t understand that the « mother compliment » is the basic polite preliminary step of all hardened smoothies). As he couldn’t stop smiling, I had to naturally curtail the situation by using as excuses hard work, appointments, and several other labors.

A few meters further, mum noticed aloud it was a shame her daughter couldn’t even make an effort to talk more with « such a chaaarming man » (hum, looks like she’s afraid for my future), anyways I thought I was clear when I saying it was a strategy to make him think I didn’t have the time to talk with him, while in the hall. Mum made a face, meaning, choice of, « take a bigger size » or « the way you think doesn’t make any sense ».

Everything was so clear to me that I breathed, tired, « You definitely can’t understand ».

2 réflexions sur “CLose Encounters of the third kind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s